play_arrow

Ukraine

La Russie mobilise 300’000 réservistes

micCharly Pachetoday21 septembre 2022 559 3 3

Arrière-plan
share close

Charly Pache – 21 septembre 2022

La Russie ce matin vient de mobiliser 300 000 réservistes pour renforcer le front en Ukraine. Voici les justifications de Vladimir Poutine.

  • cover play_arrow

    La Russie mobilise 300'000 réservistes Charly Pache


Suivi des référendums d’indépendance

Chers amis nous sommes le mercredi 21 septembre 2022, premier jour d’un automne qui s’annonce long et dangereux. La Russie ce matin vient de mobiliser 300 000 réservistes pour renforcer le front en Ukraine. Vladimir poutine a fait une déclaration officielle ce matin. Je vous en fais la lecture de quelques passages clefs. Le but principal est de sécuriser la tenue de référendums pour que les républiques de Donetsk et Lougansk votent sur leur rattachement ou non à la Fédération de Russie. Bonne écoute et souhaitons nous bonne chance dans ce délire militaire qui oppose nos pseudos élites occidentales à l’ours russe. Au final ce sont les populations de l’Europe, majoritairement opposées à l’escalade d’un conflit armé, qui sont en train de souffrir et qui risquent de payer le prix fort de cette folie, pendant que le complexe militaro-industriel et d’autres criminels se frottent les mains, spécialement du côté des États-Unis.

Voici des extraits du discours de Vladimir Poutine du 21 septembre 2022 à 9h heure de Moscou:

Il s’agira des mesures nécessaires et urgentes pour protéger la souveraineté, la sécurité et l’intégrité territoriale de la Russie, de soutenir le désir et la volonté de nos compatriotes de déterminer leur propre avenir et de la politique agressive d’une partie des élites occidentales, qui luttent de toutes leurs forces pour maintenir leur domination, et pour cela ils essaient de bloquer, de supprimer tous les centres de développement indépendants souverains afin de continuer à imposer grossièrement leur volonté aux autres pays et peuples, à implanter leurs pseudo-valeurs.

Le but de cet Occident est d’affaiblir, de diviser et finalement de détruire notre pays. Ils disent déjà directement qu’en 1991, ils ont pu diviser l’Union soviétique, et maintenant le moment est venu pour la Russie elle-même, qu’elle devrait se désintégrer en de nombreuses régions et zones mortellement hostiles.

Et ils planifient de tels plans depuis longtemps. Ils ont encouragé des gangs de terroristes internationaux dans le Caucase, promu l’infrastructure offensive de l’OTAN près de nos frontières. Ils ont fait de la russophobie totale leur arme, y compris pendant des décennies, ils ont délibérément cultivé la haine de la Russie, principalement en Ukraine, pour laquelle ils préparaient le sort d’un bastion anti-russe, et le peuple ukrainien lui-même a été transformé en chair à canon et poussé à la guerre avec notre pays, la déchaînant, cette guerre, en 2014, utilisant les forces armées contre la population civile, organisant un génocide, un blocus, la terreur contre des personnes qui ont refusé de reconnaître le pouvoir qui a surgi en Ukraine à la suite d’un coup d’État.

Et après que le régime actuel de Kiev ait en fait publiquement refusé une solution pacifique au problème du Donbass et, en outre, annoncé ses prétentions à l’arme nucléaire, il est devenu absolument clair qu’une nouvelle attaque à grande échelle, comme cela s’était produit deux fois auparavant, contre le Donbass était inévitable. Et puis, tout aussi inévitablement, il y aurait eu une attaque contre la Crimée russe – contre la Russie.

A cet égard, la décision d’une opération militaire préventive était absolument nécessaire et la seule possible. Ses principaux objectifs – la libération de tout le territoire du Donbass – ont été et restent inchangés.

[…]

Ce que je veux dire publiquement, aujourd’hui, pour la première fois. Déjà, après le début de l’opération militaire spéciale, y compris les pourparlers d’Istanbul, les représentants de Kiev ont réagi très positivement à nos propositions, et ces propositions concernaient principalement la garantie de la sécurité de la Russie et de nos intérêts. Mais il est évident que la solution pacifique ne convenait pas à l’Occident, c’est pourquoi, après la conclusion de certains compromis, Kiev a en fait reçu l’ordre direct de perturber tous les accords.

L’Ukraine a commencé à être encore plus gonflée d’armes. Le régime de Kiev a lancé de nouveaux gangs de mercenaires étrangers et de nationalistes, des unités militaires entraînées selon les normes de l’OTAN et sous le commandement de facto de conseillers occidentaux.

[…]

Nous ne pouvons pas, nous n’avons aucun droit moral de livrer des personnes proches de nous pour être déchirées par des bourreaux, nous ne pouvons que répondre à leur désir sincère de déterminer leur propre sort. Les parlements des républiques populaires du Donbass, ainsi que les administrations militaro-civiles des régions de Kherson et de Zaporozhye, ont décidé d’organiser des référendums sur l’avenir de ces territoires et se sont tournés vers nous, la Russie, pour nous demander de soutenir une telle démarche.

Permettez-moi de souligner que nous ferons tout pour assurer des conditions sûres pour la tenue de référendums, afin que les gens puissent exprimer leur volonté. Et nous soutiendrons la décision concernant leur avenir, qui sera prise par la majorité des habitants des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, des régions de Zaporozhye et de Kherson.

[…]

Dans cette situation, j’estime nécessaire de prendre la décision suivante – elle est pleinement adaptée aux menaces auxquelles nous sommes confrontés – à savoir : protéger notre Patrie, sa souveraineté et son intégrité territoriale, assurer la sécurité de notre peuple et des peuples dans les territoires libérés, j’estime nécessaire de soutenir la proposition du Ministère de la Défense et de l’état-major général de procéder à une mobilisation partielle dans la Fédération de Russie.

[…]

Le décret sur la mobilisation partielle a été signé.

Conformément à la loi, les chambres de l’Assemblée fédérale – le Conseil de la Fédération et la Douma d’Etat – en seront officiellement informées aujourd’hui par courrier.

Les activités de mobilisation débuteront aujourd’hui, à partir du 21 septembre. J’instruis les chefs de régions d’apporter toute l’assistance nécessaire au travail des commissariats militaires.

[…]

Dans sa politique anti-russe agressive, l’Occident a franchi toutes les limites. Nous entendons constamment des menaces contre notre pays, notre peuple. Certains politiciens irresponsables en Occident ne parlent pas seulement de plans visant à organiser la fourniture d’armes offensives à longue portée à l’Ukraine – des systèmes qui permettront des frappes contre la Crimée et d’autres régions de Russie.

[…]

De telles frappes terroristes, y compris avec l’utilisation d’armes occidentales, sont déjà menées sur les colonies frontalières des régions de Belgorod et de Koursk. En temps réel, à l’aide de systèmes modernes, avions, navires, satellites, drones stratégiques, l’OTAN effectue des reconnaissances dans tout le sud de la Russie.

A Washington, Londres, Bruxelles, ils poussent directement Kiev à transférer les opérations militaires sur notre territoire. Ne se cachant plus, ils disent que la Russie doit être vaincue par tous les moyens sur le champ de bataille, suivie de la privation de toute souveraineté politique, économique, culturelle, en général, avec le pillage complet de notre pays.

Le chantage nucléaire a également été lancé. Nous parlons non seulement du bombardement de la centrale nucléaire de Zaporozhye, qui est encouragé par l’Occident, qui menace d’une catastrophe nucléaire, mais aussi des déclarations de certains représentants de haut rang des principaux Etats de l’OTAN sur la possibilité et l’admissibilité de utiliser des armes de destruction massive contre la Russie – des armes nucléaires.

A ceux qui se permettent de faire de telles déclarations sur la Russie, je voudrais rappeler que notre pays dispose également de divers moyens de destruction, et pour certaines composantes plus modernes que ceux des pays de l’OTAN. Et si l’intégrité territoriale de notre pays est menacée, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple. Ce n’est pas du bluff.

Les citoyens de la Russie peuvent être sûrs que l’intégrité territoriale de notre patrie, notre indépendance et notre liberté seront assurées – je le souligne à nouveau – avec tous les moyens dont nous disposons. Et ceux qui essaient de nous faire chanter avec des armes nucléaires doivent savoir que la rose des vents peut aussi tourner dans leur direction.

C’est dans notre tradition historique, dans le destin de notre peuple, d’arrêter ceux qui luttent pour la domination du monde, qui menacent du démembrement et de l’asservissement de notre Patrie, notre Patrie. Nous le ferons maintenant – et il en sera ainsi.


Ukraine

Rate it
0%
Recevez le programme hedbomadaire

Recevez une fois par semaine la liste des nouveaux podcasts en ligne
et des prochains événements/lives/débats.

Et des invitations spéciales pour participer à nos émissions :-)